top of page

Le Shiatsu pour la période postnatale - travail mère et bébé

Nous revoici avec Suzanne Yates pour ce troisième volet sur le shiatsu pendant et après la grossesse. Le shiatsu, en tant que pratique holistique, offre un soutien inestimable tant à la mère qu'au bébé dans cette période de transition postnatale, favorisant l'équilibre, la guérison et le renforcement du lien mère-enfant.




SOMMAIRE



Dans les articles précédents, je me suis davantage concentrée sur la mère que sur le bébé. Lorsque je travaille avec la mère, j'inclus toujours le bébé ; il n'y a donc pas de techniques ou de points supplémentaires. Il convient toutefois de noter que je travaille directement avec le bébé lorsque je traite le Dai Mai (Vaisseau Ceinture), c'est-à-dire toute la zone allant du dessous des côtes au périnée. Si la mère préfère que je n'intervienne pas directement sur l'abdomen, il est assez facile d'entrer en contact avec le bébé par le bas du dos et les reins (énergétiques).


Je sens que le bébé réagit à mon toucher, parfois par ses mouvements, parfois simplement par une prise de conscience plus subtile. La connexion directe est une partie importante de la séance, que ce soit d'une manière plus physique ou plus émotionnelle. Pour la plupart de mes clientes, c'est l'un des points forts de la séance. Il est très rare qu'elles refusent le contact direct, sauf s'il s'agit d'une séance unique ou de la première séance. Dans ce cas, je leur apprends à travailler directement avec leur bébé, ce qu'elles apprécient. Après l'accouchement, nous devons donc choisir plus consciemment quand et comment inclure le bébé.


Travailler avec la mère et le bébé en tant qu'unité

Pour moi, c'est l'un des aspects les plus essentiels du travail postnatal. La mère et le bébé ont été ensemble pendant 9 mois. Il faut du temps à chacun pour faire la transition vers une plus grande séparation. Dans les sociétés traditionnelles, les femmes étaient prises en charge et ne retrouvaient pleinement leur rôle dans la société qu'au bout de neuf mois.


Bien entendu, la situation est différente pour les bébés adoptés à la naissance. Dans ce cas, nous devons nous efforcer de soutenir le nouveau processus d'attachement. Cela prendra plus de temps et sera peut-être plus difficile. La situation est également différente pour la mère qui a donné son bébé à l'adoption, surtout si elle ne le souhaitait pas.


Dans les premières semaines qui suivent la naissance, la plupart des mères souhaitent que leur bébé soit physiquement présent dans la pièce avec elles. Je propose des visites à domicile pendant cette période, car j'estime qu'il est important de respecter le processus de regroupement des énergies qui doit avoir lieu après l'ouverture de la naissance.


Dans la Chine ancienne, et dans la plupart des cultures traditionnelles, la mère et le bébé restaient à la maison pendant au moins le premier mois. Cela s'explique en partie par le risque accru d'infection, mais aussi par la nécessité de soutenir le maillage et la reconstruction des énergies.


Dans la Chine ancienne, on disait que si le bébé avait des problèmes, il fallait d'abord soutenir la mère. Cela a bien sûr du sens car le bébé n'a pu atteindre ce stade de son développement que grâce à sa mère et, idéalement, la mère continuera à nourrir son bébé pendant au moins six mois avant d'introduire d'autres aliments.




L'alimentation continue et l'échange de sang, de qi et d'essence

Le lait maternel est une transformation du sang et une expression de l'essence, ce qui implique surtout le Chong Mai (Vaisseau Pénétrant). En effet, je dis toujours à mes étudiants que s'ils veulent comprendre le Chong, il leur suffit d'imaginer une mère qui allaite son bébé. La mère continue à nourrir son bébé avec son essence, son sang et son qi comme elle l'a fait pendant les 9 mois de sa grossesse. La différence est qu'elle le fait à travers ses seins et non plus à travers le placenta. Il ne faut pas oublier que le placenta est créé à partir de l'œuf fécondé - il fait partie intégrante du bébé !


Je trouve que cela permet d'expliquer l'existence des Merveilleux Vaisseaux dans l'espace immédiat autour de notre corps physique ainsi que l'importance du RM 8 (VC8), le nombril, qui ne fait pas seulement partie du Ren Mai mais est également inclus dans les trajets du Yin Wei Mai, du Chong Mai et du Dai Mai. Notre placenta n'est plus physiquement attaché, mais nous nous souvenons de son soutien. Nous nous rappelons également de la façon dont nous avons été séparés de lui.


Ce processus s'est-il déroulé naturellement et lorsque nous étions tous les deux prêts à le laisser partir, nous permettant ainsi de prendre le temps de respirer et de manger ? Ou bien notre cordon a-t-il été coupé alors que le sang y circulait encore, créant une demande immédiate pour que nous prenions notre première respiration et créant peut-être un sentiment de choc ?


Nous pensons toujours que la mère donne à son bébé, mais en fait, le bébé donne aussi en retour à la mère. En tenant son bébé, une mère se reconnecte aux aspects d'elle-même qui ont quitté son corps à la naissance, surtout son Shen, mais aussi son Qi et son Jing. Le Chong Mai du bébé repose contre sa mère, le nourrissant et l'aimant dans un échange mutuel. Si une mère n'a pas de bébé à prendre dans ses bras (son bébé peut-être à l'hôpital ou n'a pas poursuivi son voyage sur Terre), ses énergies peuvent se disperser. Toute mère fait un deuil de la fin de grossesse, mais si son bébé reste avec elle, elle se concentre aussi sur la construction d'une nouvelle relation.




Travailler avec le bébé

Après avoir beaucoup insisté sur la mère dans les deux premiers articles, il est maintenant temps de se concentrer davantage sur le bébé.

Notre première expérience du shiatsu est celle de l'utérus lui-même. Entourés par l'utérus de notre mère, nous ressentons ses limites nous contenir et se contracter régulièrement autour de notre corps flottant dans l'eau. Le toucher est notre premier sens, qui se développe dès la septième semaine après notre conception. Chaque fois que notre mère, ou quelqu'un d'autre, nous touche depuis l'extérieur de l'utérus, nous ressentons des sensations différentes.


Lorsque nous naissons par voie vaginale, les contractions de l'utérus s'intensifient et nous sommes encore plus comprimés. Ce processus prépare notre corps, entre autres, à l'adaptation aux forces de gravité.


Un toucher ferme et enveloppant est ce que nous voulons offrir à un bébé qui vient de naître. Nous n'essayons pas nécessairement de reproduire exactement les contractions de l'utérus, mais d'être conscients que c'est ce à quoi le bébé est habitué.


Les bébés nés par césarienne bénéficient vraiment d'un toucher ferme et enveloppant - des qualités terrestres. Cependant, il y a quelques exceptions. Les bébés nés prématurément ont d'abord besoin d'un toucher plus léger, plus aqueux. Pour tout bébé, il peut y avoir des zones du corps où le traumatisme de la naissance est encore présent. Les zones les plus communes sont la tête (soit parce qu'elle est restée coincée, soit parce qu'elle a été tirée par des forceps ou une ventouse) ou le nombril, parce que le cordon a été coupé avant qu'il ne cesse de battre.


Pour aider le bébé à passer de l'espace aqueux de l'utérus, entouré par sa mère, à l'espace illimité à l'extérieur du corps de sa mère, je suis fermement convaincue que la meilleure personne pour travailler avec lui est sa mère. La plupart du temps, j'enseigne à la mère comment travailler avec son bébé, en utilisant une poupée pour lui montrer les gestes à effectuer.


Parfois, si la mère est déprimée ou stressée, je dois la guider et l'encourager davantage. Pour ce faire, je commence souvent par lui faire un peu de shiatsu. Lorsque je travaille sur le bébé pour être un peu plus à l'écoute de ses besoins, je tends à le faire à travers les mains de la mère. Si j'ai travaillé avec la mère pendant sa grossesse, le bébé est généralement plus ouvert à mon toucher, mais je fais très attention à ne pas compromettre la connexion entre la mère et son bébé.


Le shiatsu pour bébés est très différent du shiatsu pour adultes, même si les "techniques" ne diffèrent pas tant que ça de ce que nous faisons dans notre shiatsu pour adultes. Tout d'abord, nous pourrions, si nous le souhaitions, travailler tous les méridiens, vaisseaux et zones du corps en quelques minutes. L'énergie des bébés change beaucoup plus rapidement, et même s'il peut y avoir des blocages, nous n'avons pas besoin de maintenir les points ou les zones aussi longtemps. Cependant, la raison pour laquelle nous donnons du shiatsu à un bébé est différente. Oui, nous pouvons l'utiliser pour soutenir des conditions spécifiques, telles que la respiration, la digestion, le sommeil.


Cependant, même dans ce cas, nous devons reconnaître que les besoins des bébés en matière de sommeil et la façon dont ils interagissent sont très différents de ceux d'un adulte. Pour moi, travailler sur des pathologies spécifiques n'est pas la principale raison d'être du shiatsu pour bébés. Je le vois comme un moyen de soutenir le lien mère/bébé, le développement du bébé et son adaptation au monde extérieur. En faisant cela, la plupart des "symptômes" spécifiques disparaissent.


Le shiatsu peut être pratiqué tous les jours, s'il est considéré dans son sens le plus large, c'est-à-dire non seulement comme un toucher physique, mais aussi comme une interaction (mouvement et maintien). C'est un moyen puissant pour une mère d'apprendre à connaître son bébé. Dans ce cas, le shiatsu devrait être une expérience agréable, plutôt qu'une corvée. C'est aussi une activité à laquelle on peut encourager le partenaire et les frères et sœurs.


Bien que les "techniques" ne soient pas si différentes, nous devons comprendre l'ordre de développement des schémas de mouvement et les respecter.

Jusqu'à ce qu'un bébé se tienne debout, vers l'âge d'un an, son énergie se déplace du nombril vers l'extérieur. Il n'y a pas de flux Yin/Yang dans les 12 méridiens et nous travaillons donc à la fois les aspects Yin et Yang des bras, de l'épaule aux mains, et la même chose pour les jambes, des hanches aux pieds. Nous devons également soutenir le premier modèle de mouvement à intégrer - le mouvement homologue.


Le mouvement homologue signifie que le bébé est conscient de ses bras et de ses jambes, du haut et du bas de son corps. Nous pouvons travailler avec ses bras, séparément ou les deux ensemble, mais nous ne devons pas travailler un bras et une jambe en même temps ! Une fois qu'ils ont intégré ce mouvement, ils nous le montrent en étant capables de rapprocher consciemment leurs deux mains ou leurs deux pieds. Une fois ce mouvement intégré, nous pouvons commencer à travailler un bras et une jambe ensemble - toujours du centre vers l'extérieur.


Nous savons qu'ils ont intégré le mouvement suivant (homolatéral) lorsqu'ils commencent à rouler consciemment d'un côté à l'autre et finissent par toucher le pied avec la main du même côté.


Il est important de ne pas anticiper ces mouvements et surtout de ne pas toucher les bébés de la main opposée au pied opposé - le mouvement controlatéral - jusqu'à ce qu'ils le fassent eux-mêmes. C'est le dernier mouvement à intégrer. Il nous permet ensuite de ramper et de nous éloigner de la terre.


J'aime la façon dont les chansons traditionnelles de claquement de mains utilisent ces mouvements et montrent l'importance de se centrer, c'est-à-dire de rassembler les deux mains avant de toucher la main de notre partenaire directement en face de nous, puis de revenir à notre centre avant de traverser pour toucher la main opposée de notre partenaire. Essayez !


Le franchissement de la ligne médiane implique un mouvement complexe du cerveau. Les bébés qui n'intègrent pas complètement ces mouvements risquent de ne pas pouvoir ramper et d'avoir plus tard des problèmes de coordination, même à l'âge adulte. Voici une vidéo de quelques mouvements de shiatsu pour bébés que je démontre sur une poupée : [lien vers la vidéo]. Cela peut offrir une introduction visuelle aux techniques que je viens de décrire, permettant une meilleure compréhension de la manière dont le shiatsu peut être adapté aux plus petits.




Travailler avec la mère

Les premières semaines après la naissance sont cruciales pour rassembler l'énergie de la mère suite à l'ouverture du Dai Mai (Vaisseau Ceinture). Avec la naissance de son bébé, des aspects de son cœur, son Shen, ont été libérés dans l'espace. Son cœur est maintenant grand ouvert pour accueillir son bébé, et les canaux du Chong Mai (Vaisseau Pénétrant) dans les seins sont prêts à nourrir le bébé d'une manière nouvelle.


Instinctivement, la mère sait comment aider son enfant ; elle le tient contre son cœur et le nourrit. Cependant, s'il existe encore des blocages, émotionnels ou physiques, nous pouvons travailler sur ces zones directement, ou montrer à la mère ou à son partenaire comment le faire.


Dans les cas où la mère doit être séparée de son bébé, pour des raisons médicales ou parce que le bébé est décédé, le soutien nécessaire est beaucoup plus important. Le Chong Mai de la mère est particulièrement épuisé après la naissance et nécessite une nourriture et un soutien considérables, surtout dans nos sociétés modernes où de nombreuses femmes tentent de faire trop, trop tôt après l'accouchement.


Nous devons renforcer non seulement la zone des seins mais aussi les branches des jambes pour ancrer et alimenter le Yin. Il en va de même pour le Dai Mai et sa connexion avec le Chong Mai. Il s'agit de recentrer et de nourrir. Les Yin et Yang Wei Mai (Vaisseaux de Liaison) sont essentiels pour rassembler l'énergie de l'espace et sont parfaits pour relâcher les tensions dans les épaules et le bassin, qui sont souvent présentes chez les nouvelles mères.


Alors que notre travail sur l'abdomen doit être très doux, en évitant les étirements et les mouvements d'ouverture du bassin, les épaules sont souvent extrêmement tendues à cause de l'accouchement, des schémas de la grossesse, de l'allaitement et du portage du bébé. Le Yang Wei Mai (Vaisseau de Liaison Yang) peut être extrêmement efficace pour relâcher la tension dans les épaules. Le Yin Wei Mai (Vaisseau de Liaison Yin) aide à rassembler les énergies du ventre. Pomper la lymphe est important pour favoriser la circulation du lait maternel et du Chong Mai.


Pour moi, le shiatsu postnatal doit inclure des exercices. La mère doit apprendre à respirer profondément pour engager ses muscles abdominaux et pelviens à l'expiration, quel que soit le type d'accouchement qu'elle a eu. Durant les premières semaines, ces exercices sont plus subtils et se font souvent en position allongée ou assise sur un ballon. Je fais souvent faire ces exercices de respiration à la mère pendant que je travaille sur l'un des Merveilleux Vaisseaux.


Certains praticiens pensent qu'ils doivent attendre un certain temps après la naissance pour travailler, mais il est crucial d'intervenir dès que possible. Je trouve utile de prévoir plus de temps pour le shiatsu, afin de pouvoir travailler lentement et nourrir la mère en profondeur. Je préfère travailler au domicile de la mère, afin qu'elle n'ait pas à dépenser d'énergie pour sortir, mais aussi pour qu'après le shiatsu, elle puisse simplement se reposer aussi longtemps qu'elle en a besoin. Souvent, son partenaire est à la maison au cours des premières semaines et peut prendre le bébé ou l'amener si nécessaire.


Une mère continue à donner son sang à son bébé lorsqu'elle l'allaite. Sa priorité est donc de nourrir son sang et son Chong Mai, non seulement avec le shiatsu mais aussi dans sa vie quotidienne. Le soutien à l'allaitement est une partie importante de notre travail. Seulement 1 % des femmes ne peuvent physiquement pas allaiter, pourtant beaucoup plus choisissent de ne pas allaiter ou arrêtent prématurément.


Les principales raisons pour lesquelles les femmes cessent d'allaiter incluent l'épuisement dû à l'accouchement, le manque de sommeil, le manque de nutrition adéquate, le manque de soutien et la surcharge de travail. Elles sont souvent stressées et incapables de se reposer suffisamment pour nourrir leur bébé de manière optimale. Le stress de la mère peut affecter le bébé, le rendant inconfortable et perturbant ainsi davantage l'allaitement, créant un cercle vicieux.


De nos jours, de nombreuses femmes doivent également se remettre d'un accouchement médicalisé, en plus de récupérer des énergies dépensées lors d'un accouchement naturel. Il leur faut plus de temps pour retrouver leurs forces et leur équilibre. Ironiquement, les femmes disposent aujourd'hui de moins de temps pour cela.


Conclusion

La qualité du repos postnatal affecte le reste de la vie d'une femme. Les anciens Chinois croyaient qu'une femme qui ne se rétablissait pas complètement après l'accouchement verrait son essence affaiblie pour le reste de sa vie. Je crois que c'est ce que nous voyons chez les femmes qui souffrent de dépression postnatale, d'épuisement professionnel, de difficultés à concevoir de nouveau et, plus tard dans la vie, d'une ménopause difficile.

Les femmes ont consacré leur énergie et leur être à soutenir une nouvelle vie pendant les neuf mois de grossesse. Il est vital qu'elles prennent suffisamment de temps pour se reposer et se rétablir complètement. Même si, pour de nombreuses femmes, il n'est pas possible de s'absenter complètement du travail pendant neuf mois, le shiatsu peut être un outil essentiel pour les aider, en leur permettant de prendre conscience de leur besoin de repos et de récupération.


246 vues0 commentaire

Comments


bottom of page