top of page

Le rythme dans la pratique du Shiatsu

Lors de la deuxième Université d'été du Shiatsu, Bernard Bouheret aura la grande joie de partager avec Olivier Monteils un atelier découverte de l'essence du Shiatsu au travers du rythme. Dans cet article Bernard explique comment le rythme enrichit la pratique du Shiatsu, non seulement en termes de soin apporté aux patients mais aussi dans la manière dont il influence l'approche pédagogique des praticiens, faisant du Shiatsu une pratique profondément ancrée dans la mélodie et le Souffle du rythme.





Au Japon, le Shiatsu qui était pratiqué était très rythmé et l'école Hakko était réputée pour ce dynamisme et la cadence soutenue dans le déroulement des pressions : école martiale oblige ! Waka sensei, le fils du maître, donnait un soin en 20 minutes et c’était un feu d’artifice que de le voir à l’œuvre.      

                                      

Lors de mon retour en France en 1981 à Montpellier alors que je donnais un shiatsu à un ami percussionniste, il me fit remarquer le plaisir qu'il avait eu à ressentir le soin grâce au rythme dispensé tout au long de la séance. Quelques années plus tard à Paris alors que je donnais un shiatsu à une professeure de chant lyrique avec laquelle je progressais dans cet art, elle aussi me fit remarquer la cadence répétitive des pressions et combien cela lui était agréable et aidait le corps à se détendre.


Depuis lors, et ce pendant des années, l’attention fut donc portée à la répétition des phrasés que le rythme et la mélodie des mains engendraient lors du shiatsu. Les écouter pour mieux les reproduire. Les reproduire pour mieux pénétrer le corps et faire lâcher les tensions accumulées. Il s'ensuivit une manière différente de pratiquer, beaucoup plus attentionnée à compter, à être présent dans les pressions, à créer des points d'orgue, des silences, des légatos, des triolets de croches… Exactement comme on lit une partition musicale. Chaque méridien pouvait alors se décliner avec cette attention particulière. Ce fut alors une vraie symphonie !  

                                                                                                                                   Dès la prise de contact il faut entendre le rythme et le laisser se propager dans la 1ère chaîne de Vessie (1 -poser, 2-entrer, 3-sortir) puis ne plus le lâcher et comme disent les Anglais « keep the pulse » (garde le rythme !) Quand on prodigue le shiatsu ainsi sur la ligne du Maître Cœur, à-coup sûr la poitrine se dégage et le cœur se libère de ses lourdeurs accumulées, de ses émotions entravées. Nous l’expérimenterons ensemble.


Donner un shiatsu rythmé aide le patient à recouvrer la santé naturelle et à retrouver ses rythmes biologiques parfois dénaturés par la cadence de la vie moderne et, cerise sur le gâteau, cela aide aussi le praticien à bien moins se fatiguer dans l'exercice de sa discipline. On a le sentiment de « surfer » sur le corps grâce à la cadence maîtrisée.         C’est vraiment ça que l’on veut vous transmettre.


Le rythme porte le praticien et soigne le patient. Dans les termes d’aujourd’hui on pourrait parler de réinitialisation du corps par la présence du rythme. On pourrait aussi dire que le rythme est guérisseur, garant du bon équilibre et de la bonne relation de toutes les fonctions du corps. Voilà pourquoi la Médecine Chinoise insiste tant sur le lien avec le rythme des saisons et la relation avec les organes principaux. Toute la pensée Orientale est cyclique.

« Le même fleuve de vie qui coule à travers mes veines nuit et jour court et danse à travers le monde en pulsations rythmées » chante le poète Tagore

Au niveau de l'enseignement et de la transmission du Shiatsu, le fait d'être attentif à compter les pressions et à le faire suivant un rythme mélodieux, variant suivant chaque patient, va obliger le praticien à une présence constante et va également l’aider à lâcher le mental, souvent bien trop présent dans la pratique manuelle. Il est donc important que le Shiatsushi ait le sens du rythme. Et si j’ai bien compris l’enseignement Japonais, c’est bien comme cela qu’il faut œuvrer !


La rencontre avec Olivier s’est faite tout naturellement après la création du film « La voie du Shiatsu ». Cette façon qu’il avait eu de créer la musique en accord avec ce rythme ternaire que l’on entend si souvent dans le soin nous fît devenir immédiatement complices et amis.


À son tour, en bon musicien, il me fît part de la dimension ternaire dans la musique et je compris encore mieux pourquoi nous passons 3 fois sur chaque méridien, comme nous l’ont transmis les sensei Japonais. L’idée qui est la nôtre dans cette transmission, c’est d’entraîner la gestuelle cadencée dans le Shiatsu au travers de l’étude de certains rythmes simples. Qui mieux qu’un batteur professionnel pouvait nous aider et nous guider dans cette recherche ? 


Le Shiatsushi doit savoir capter et sentir le Ki mais plus encore savoir le faire circuler pour qu’il retrouve son élan naturel et pour cela ses mains doivent être habiles et déterminées. Il y a là la même recherche de legato, de cadence et de silence (mains fluides) dans le Shiatsu que dans la musique.


Alors nous allons apprendre à travailler en praticien-musicien et répondre aux questions suivantes :

  • Comment rendre la main gauche aussi habile que la droite (et inversement pour les gauchers) ?                                                                                                         

  • Comment garder les poignets souples, les épaules détendues, les coudes ouverts dans la pratique quotidienne (comme un bon pianiste) ?

  • Comment ne pas être envahi par la fatigue en restant toujours en lien avec le mouvement du souffle (comme un bon danseur) ?



Faire en sorte que la main réalise ce que dicte le Cœur, qui lui-même reçoit les pulsations de la vie, c’est de ce rythme-là dont on veut vous entretenir lors de ces journées dédiées à l’Université d’été de 2024 à Lembrun. 


Je laisse la parole et l’écriture à mon ami Olivier qui veut déjà vous instruire de la science du Rythme dans un prochain article.


322 vues0 commentaire

Commentaires


bottom of page