top of page
  • Photo du rédacteurUFPST

Shiatsu : grossesse, accouchement, postnatale : 1ʳᵉ partie



Cet article est le premier d'une série de trois articles rédigés par Suzanne Yates sur la grossesse, l'accouchement et la période postnatale. Suzanne travaille dans le domaine de la maternité avec le shiatsu, le massage et le mouvement depuis qu'elle est tombée enceinte de sa fille Rosa en 1989. Aujourd'hui, elle enseigne le shiatsu et le massage à des professionnels du monde entier et a écrit trois livres sur le sujet, un quatrième étant en cours de rédaction.


Elle nous fera l’honneur de nous présenter son travail lors de l’Université de Shiatsu 2024 sur le thème de « La naissance et la mort au travers des merveilleux vaisseaux ».


Shiatsu-grossesse-ballon

SOMMAIRE



La grossesse : premier et deuxième trimestre


Les enseignements de ma propre grossesse


Il me semble important d'expliquer mon cheminement dans ma compréhension de la grossesse, de l'accouchement et de la période postnatale.


A la fin de mes études de shiatsu, j'ai commencé à assister mon professeur, Sonia Moriceau, lorsque, en 1989, je suis tombée enceinte. Bien que j'avais déjà travaillé avec quelques clientes enceintes, je me sentais un peu dépassée. Nous n'avions pas abordé la question de la grossesse de manière spécifique, si ce n'est en travaillant avec les énergies de chaque femme et en suivant le kyo et le jitsu.


J'ai décidé d'utiliser ma propre grossesse pour me plonger dans la compréhension de ce qui se passe avec les énergies, mais je n'ai pas trouvé de stages sur le shiatsu et la grossesse, ni beaucoup de choses dans les textes. Maciocia n'avait pas encore écrit "Obstétrique et gynécologie en médecine chinoise", un livre qui m'a aidée plus tard à comprendre ce que je ressentais moi-même et avec mes clientes. Il n'y avait pas beaucoup de cours pour les femmes enceintes, à part un peu de yoga et d'aquagym.


Lors de vacances aux États-Unis au début de ma grossesse, j'ai trouvé un livre d'Elizabeth Noble, physiothérapeute américaine, intitulé "Essential Exercises for the Childbearing Year" Son approche consistait à encourager les femmes à être aussi actives que possible. Elle était basée sur l'autonomisation. Quelques mois plus tard, toujours enceinte, je suivais sa formation d'une semaine à Boston (USA). L'expérience fut particulièrement intense pour moi car la plupart des autres étudiants étaient des kinésithérapeutes et le niveau d'anatomie et de physiologie était élevé. Nous avons abordé l'exercice physique pendant la grossesse et la période postnatale, les positions d'accouchement et le massage des bébés. J'ai été inspirée par une vidéo de femmes accouchant dans un hôpital brésilien à la fin des années 70, accroupies. J'ai donc décidé que je donnerais naissance à ma fille ainsi.


Application

Cette courbe d’apprentissage forte m'avait donné davantage confiance en moi. En pratiquant les exercices appris aux USA, j'ai fait le lien avec ma compréhension des 12 méridiens. Je me sentais également beaucoup plus à l’aise à l'idée de proposer du shiatsu pendant la grossesse.


Je me suis intéressée aux "points interdits" (E 36 ; F3 ; RP6 ; 4GI, VB21) en me demandant pourquoi ils étaient interdits. J'en ai essayé plusieurs sur moi-même et aucun ne m'a semblé dérangeant ou intrusif, bien au contraire. Plus tard, avec mes clients, j'ai été un peu plus prudente, mais j'ai souvent constaté que j'avais besoin de les inclure.

J'ai accouché chez moi en position accroupie. Mais, ma sage-femme n'a pas respecté ma demande d'une troisième phase physiologique. Elle a tiré sur le cordon ombilical, provoquant une hémorragie. Son attitude m'a poussée à comprendre cette troisième phase de l'accouchement et me préparer à l'inattendu.


Comment j’ai mis au point ma méthode shiatsu pendant la grossesse ?


Après mon congé maternité, pendant 12 ans, j'ai donné des cours hebdomadaires à des femmes enceintes et en postnatal ainsi qu'à leurs bébés. Avec mon partenaire, professeur de yoga, j'ai mis en place des ateliers de préparation à l'accouchement. Ils incluaient le shiatsu ainsi que la respiration, les mouvements et les positions d'accouchement.


Photo - partenaire et maman


Beaucoup de mes élèves sont venus me voir pour des séances individuelles de shiatsu, et les sages-femmes ont entendu parler de mon travail. Elles ont commencé à m'envoyer des clientes souffrant de maladies au cours du premier trimestre de la grossesse, car elles ne pouvaient rien faire. Elles m'ont également envoyé des clientes souffrant de fausses couches à répétition. Certaines d'entre elles ont réussi à concevoir un enfant. Ces résultats positifs ont accru ma confiance dans mon travail, en particulier au cours du premier trimestre.


Certaines semaines, je voyais 40 à 50 femmes différentes, dans le cadre de mes cours et de mes séances individuelles. J'ai travaillé avec de nombreuses clientes dès le début de leur grossesse, assisté à certains accouchements, et beaucoup sont revenues me voir après la naissance de leur bébé.


L’importance des merveilleux vaisseaux ?


Au fur et à mesure que je gagnais en confiance et en expérience, j'ai commencé à établir des liens qui ne m'avaient pas été enseignés. J'ai trouvé important de relier le Cerveau à l'Utérus et au bébé, ainsi que de m'attarder sur Ming Men (DM 4). Le Cœur semblait également jouer un rôle important. Je l'ai souvent relié à l'Utérus/au bébé, aux Reins ou au Cerveau et j'ai senti que le bébé et la mère réagissaient bien. La mère me disait souvent qu'elle se sentait beaucoup plus proche de son bébé pendant le shiatsu. Des idées surgissaient, comme les sentiments éprouvés par son bébé ou la nature de son caractère.


Lorsque je travaillais avec des femmes entre la 14e et la 20e semaine, elles pouvaient sentir leur bébé bouger pour la première fois. J'ai également commencé à éprouver des difficultés à choisir un ou deux méridiens principaux à inclure. J'avais l'impression qu'ils avaient tous besoin d'être soutenus d'une manière ou d'une autre. Tous les organes doivent s'adapter aux changements de la grossesse.


L'idée de travailler sur l'ensemble de l'aspect Yin de la jambe m'attirait, en particulier au cours du premier trimestre, lorsque des clientes souffraient de nausées. Je me suis beaucoup concentrée sur le bassin dans son ensemble. Je me connectais au bébé au fur et à mesure de sa croissance, mais je sollicitais aussi le bas du dos.

La publication du livre de Maciocia Obstétrique et gynécologie en médecine chinoise, m'a apporté de nombreuses réponses. J'ai compris pourquoi je travaillais le Dai Mai (Vaisseau de Ceinture) et les branches des jambes de Chong Mai (Vaisseau Pénétrant).

(Photos).

C'était une évidence : le cœur, les reins, le cerveau et les organes reproducteurs sont tous des organes liés aux Merveilleux Vaisseaux. J'ai réalisé que les Merveilleux Vaisseaux régulent les 12 méridiens. J'ai compris qu'ils régulent le Jing (l'essence) : la grossesse était une porte d'entrée pour la transformation du Jing.

Pour les nausées, j'utilisais le Maître du Cœur et l'Estomac ainsi que le Ren Mai (Vaisseau de Conception). Ce travail était assez efficace. Mais lorsque j'ai découvert les points régulateurs (MC 6) et couplés (RP 4) du Chong Mai. La différence a été flagrante pour mes clientes.


Évolution de ma pratique


Les premières années, mes cas étaient peu complexes même si j'ai eu à soutenir une femme qui accouchait par voie basse après deux césariennes. Nous avons également réussi à éviter la dépression postpartum qu'elle avait connue après ses deux précédents accouchements. Peu à peu, les cas se sont complexifiés ; comme des femmes souffrant de prééclampsie, des problèmes de santé sous-jacents, des nausées extrêmes pendant toute la durée de la grossesse (hyperémies). Par chance, l'hôpital local était ouvert au shiatsu. Puis, j'ai commencé à voir des femmes suivant des traitements de fertilité assistée accompagnées de leur partenaire.


Mon approche du travail pendant la grossesse


Chaque cliente, chaque grossesse est différente.

Je vous donne ces informations parce que je sais que certains d'entre vous aimeraient avoir des protocoles sur la façon de travailler à chaque trimestre et sur ce qu'il faut inclure, ainsi que sur le travail avec des scénarios plus complexes et des femmes à haut risque.

Cependant, ce n'est pas mon approche. Chaque cliente enceinte est différente et chaque grossesse chez une même personne peut également être différente, ou non. Chaque réponse à chaque condition est différente.


Par exemple, pour certaines femmes, des affections sous-jacentes telles que la maladie de Crohn ou la sclérose en plaques peuvent s'améliorer, tandis que pour d'autres, elles s'aggravent.

L’importance de la position pendant le shiatsu et d’un matériel adapté


Toujours choisir les meilleures positions pour le traitement. Certaines apprécient la position couchée sur le dos jusqu'à la fin du deuxième trimestre. D'autres se sentent mal à l'aise dans cette position dès le début. Parfois, la position couchée sur le dos est possible tout au long de la grossesse, mais pour des temps amoindris à mesure que la grossesse progresse.

La plupart préfèrent les positions couchées sur le côté à tout moment et beaucoup aiment les positions penchées vers l'avant à la fin de la grossesse. Elizabeth Noble m'a appris l'importance des positions penchées vers l'avant ou assise avec un gros ballon de gym. La plupart des femmes apprécient ces positions à partir du milieu du deuxième trimestre.



shiatsu grossesse ballon


L'utilisation de matériel (ballon, coussin, bolsters, etc) ou la position de la cliente corrèle la nature même de la médecine chinoise. Notre appréciation de la personne s'effectue dans sa globalité et non juste en fonction de son état. Nous devons utiliser nos outils (pouls, kyo, jitsu, anamnèse) pour évaluer les 12 méridiens et de manière assez similaire, les 8 Merveilleux Vaisseaux. Offrir un espace sécurisant.

Quelques principes pour travailler pendant la grossesse


Le premier trimestre, l’importance de Chong Mai


Au cours du premier trimestre, le Chong Mai (Vaisseau Pénétrant) est souvent la base du travail. Il régule le Sang. Le Sang change à la fois dans sa nature et dans son flux. Le Sang ne s'écoule plus à chaque menstruation. Il s'accumule donc dans le corps en même temps que le Jing (Essence). Contrairement à certaines croyances, les femmes ne perdent pas leur Jing pendant la grossesse, elles le réorientent. Ce processus de réorientation peut même le renforcer, il offre l'opportunité de modifier les schémas ancestraux. Mon envie de travailler à la fois sur la Rate, l'Estomac, le Foie, le Cœur et les Reins venait de leur connexion avec Chong Mai qui les relie tous ! Les changements sont nombreux au niveau interne, l'objectif principal est souvent de stabiliser et de rassembler les énergies.


Lors du premier trimestre, je travaille fréquemment en position couchée sur le dos. J'aime cette position pour harmoniser les branches des jambes du Chong Mai et travailler les deux côtés en même temps.




Les nausées

Si une personne souffre de nausées, cela indique que le Chong Mai remonte trop dans la poitrine. La source peut être une faiblesse du Rein, ce qui prend plus de temps à traiter (il peut en résulter une hyperémie). Ou bien, la cause est un manque d'ancrage dans les branches des jambes, c'est-à-dire vers la Terre. Dans les deux cas, mon approche consiste soit à soutenir Ming Men et la branche lombaire du Chong Mai, soit à travailler sur l'ancrage des branches des jambes.

Dans ce cadre, je trouve généralement utile d'inclure les points dits interdits (car dits abortifs) de F3 et Rt6. La plupart des femmes ressentent un ancrage et plus de légèreté. Je poursuis ce travail tout au long de la grossesse, même position couchée sur le côté. Ce travail crée un lien entre le bébé et la mère.


Les réactions à la branche Yin du torse du Chong Mai sont plus variables. Certaines femmes trouvent qu'elle est apaisante et qu'elle favorise la connexion du Cœur avec leur bébé. D'autres trouvent qu'elle aggrave leurs nausées. Une connexion avec le bas-ventre, parfois par l'intermédiaire de la main de la mère, peut apaiser. Parfois, cette simple connexion suffit. (toujours demander à la maman la permission de lui toucher le ventre)

D'autres fois, je peux inclure les 5 points situés le long de l'os pubien (Ren Mai 2, R11 et E30). Je fais souvent le lien avec les points Ren Mai et Dai Mai en raison de leur connexion avec les muscles du plancher pelvien, importants pour soutenir la grossesse, l'accouchement et au-delà.


Je peux inclure le Dai Mai (Vaisseau Ceinture) pour soutenir les changements dans le bassin. Certaines femmes n'aiment pas les pressions sur l’abdomen, dans ce cas, je me concentre davantage sur les points du dos, en particulier le long de la ligne du Rein, DM4, V23, V53, VB25. Le Dai Mai soutient le Chong Mai.`

La plupart des méridiens et les sept autres Merveilleux Vaisseaux traversent Dai Mai ; il n'est donc pas surprenant que de sentir le besoin de travailler sur l'ensemble du bassin. Il relie toutes les énergies changeantes du corps.


J'insisterai plus sur le Dai Mai dans mon article sur l'accouchement.


Si la femme est à l'aise sur le ventre ou en position latérale, je peux inclure quelques connexions Du Mai pour harmoniser les changements globaux du Yang, et travailler le long des lignes de la Vessie pour équilibrer tous les organes qui s'adaptent aux nouvelles exigences de la grossesse.


Le deuxième trimestre


Les choses ne changent pas miraculeusement lorsque la femme entre dans le second trimestre, à 12 semaines. C'est à ce moment-là que le placenta fonctionne pleinement. Les énergies sont plus stables, il faut néanmoins quelques semaines au corps pour assimiler tous les changements du premier trimestre.

Mon travail commence à se déplacer progressivement vers la 18e ou la 20e semaine, à mesure que le bébé grossit, que le sang circule davantage dans le corps et que la femme se sent moins à l'aise sur le dos.


C'est le moment de favoriser la circulation et le mouvement dans le corps. J'ai tendance à inclure des étirements, pour les bras, les jambes, la colonne vertébrale, les hanches, le bassin, ainsi qu'à travailler plutôt en position latérale. Il est toujours important de continuer à nourrir le Chong Mai et le Dai Mai. Cependant, les adaptations posturales au poids croissant du bébé deviennent prédominantes. Il est donc vital de soutenir Du Mai et le dos.


Conclusion


D'une manière générale, la pratique du shiatsu pour les femmes enceintes est plus Yin que pour les autres clients. Le rythme de travail est plus lent, plus posé. Pourtant, il ne faut pas oublier l’importance d'écouter chaque corps et certaines femmes aiment une approche assez Yang. De plus, certaines zones demandent une approche quand même plus Yang, comme le sacrum déjà pendant le deuxième trimestre. La fréquence des soins est variable, selon les besoins et les moyens des clientes. À certains moments durant la grossesse, comme le premier trimestre ou les dernières semaines, je travaille même toutes les semaines, mais elles peuvent venir une fois par mois si tout va bien.


Si vous avez des questions ou des commentaires, je serais ravi d’y répondre.


Pour plus d’information, visitez son site ou sa chaine YouTube


392 vues0 commentaire
bottom of page